Découvrez le projet « à part entière »**
produit par Tarantula !


Ce dernier bénéficie d’un accompagnement dans son développement innovant par des experts de renoms dans les nouvelles écritures et de la création digitale et de formations dans le cadre du Labo 2018, en partenariat avec CIFAP, INA Formation et KissKissBankBank :

 

PITCH :

 

2013…sur fond de Mariage et de Manif pour Tous, trois couples se battent pour devenir des parents… «à part entière». Car si rien ne semble plus «naturel» que d’avoir un enfant, pour certains cela devient un combat qui perturbe l’ordre établi.

«à part entière» est une série qui interroge la parentalité et la famille contemporaine.

Après la perte de son bébé et de son utérus à 5 mois de grossesse, Sabrina, et son mari Tom, entendent parler pour la première fois de Gestation Pour Autrui. A 47 ans, Julie est ménopausée. Pablo, son amoureux, est un homme trans, né femme. Il décide de porter lui-même leur enfant. Camille apprend, qu’en Espagne, il existe une technique pour les couples de femmes qui lui permettrait d’être enceinte avec l’ovule de sa chérie, Lysa.

 

CONCEPT :

«à part entière» est une série chorale feuilletonnante destinée au web et/ou aux plateformes digitales réunissant trois intrigues sur un format envisagé de 6 épisodes de 15 minutes chacun.

Ce qui réunit ces trois intrigues au sein d’un même “récit mêlé” est essentiellement d’ordre thématique. Il s’agit de trois couples qui vont envisager le projet d’avoir un enfant en recourant à des méthodes qui interrogent notre société d’aujourd’hui (GPA, PMA, stérilité, questions d’homoparentalité et de genres…). Ces trois couples vont se confronter aux résistances de la société française, qu’elles soient individuelles, culturelles ou relevant des questions législatives. Mais chacune de ces “aventures” va également générer des crises profondes chez les personnages et à l’intérieur même des couples. Comparer, confronter ces parcours par le jeu du montage alterné nous paraît riche de sens.

Il nous a semblé vain et artificiel d’aller chercher des éléments de récit qui permettraient de “réunir” ces intrigues pour mieux justifier leur réunion (du type : tous ces couples fréquentent le même thérapeute, personnage commun qui justifierait le récit “conjoint” de ces intrigues). Chacune de ces histoires relève de l’exceptionnel et les réunir artificiellement nous a paru créer un manque de crédibilité. Nous assumons donc de faire coexister cette choralité sans chercher à fabriquer des “ponts” artificiels entre les trois intrigues.

En revanche, l’idée de les ancrer toutes les trois à un moment où la société française dans sa totalité s’est emparée du débat lié aux questions des “nouvelles parentalités” dans un retentissement médiatique sans précédent, à travers la naissance et la progression du mouvement de la Manif pour tous (autour de l’année 2013) nous a semblé constituer la solution idéale pour créer ce “ciment évident” réunissant ces trois histoires. Tout en les ancrant ensemble dans un même contexte “sensible”, chacune des histoires est traversée, influencée, profondément connectée, directement ou indirectement aux questions et au débat, parfois violent, qu’a fait naître ce mouvement.

Il y a, indéniablement, un avant et un après le «mariage pour tous» dans notre pays.

 

** Projet anciennement appelé #wearefamilies