Découvrez le projet “Black Road” produit par OKIO Studio, dans le cadre du Labo 2016 ! Ce dernier bénéficie d’un accompagnement dans son développement innovant par les meilleurs experts du transmedia et de formations dans le cadre du cycle Multi Ecrans, en partenariat avec CIFAP et le Centre de formation professionnelle de l’INA :

“BLACK ROAD”

 

 

Pitch :

 

Le spectateur est dans la tête d’un homme mentalement fragile qui vient de commettre l’irréparable : il vient d’assassiner sa femme et son amant. On assiste au récit de ce que son esprit imagine pour éviter d’affronter cette vérité. Incapable d’assumer son acte, il va « réécrire » le drame qu’il vient de vivre.

 

Mais l’esprit d’un homme est un endroit instable où s’affrontent diverses forces : l’inconscient, la mémoire ou encore les émotions vives… Le récit recréé n’est pas figé, il se mélange à des souvenirs de ce qu’il s’est réellement passé ou à des scènes engendrées par des émotions comme la culpabilité ou la peur.

Ces 4 « couches narratives » constituent la base de l’histoire dans laquelle le spectateur va être plongé. Si elles perturbent la clarté du récit, elles permettent néanmoins de comprendre progressivement qui est cet homme que le spectateur « incarne », son état d’esprit, son caractère. Le spectateur partage le regard de l’homme mais jamais ne le voit véritablement, ni ne perçoit les émotions sur son visage. Tous ces moments vécus avec l’homme permet au fur et à mesure de saisir ce qu’il est réellement.

Chaque scène de l’histoire, quelle que soit sa nature, est donc la pièce d’un puzzle narratif et psychologique qui ne se révélera qu’à la fin. Lorsque le héros finira par assumer son acte, les émotions, l’imaginaire, tout ce qui interférait à la réalité pourra enfin laisser place à la vérité.

Black Road est le récit de ce cheminement que l’esprit dʼun homme va faire du déni de réalité jusqu’à l’acceptation de ses actes.

 

LES 4 COUCHES NARRATIVES

 

CE QU’IL S’EST RÉELLEMENT PASSÉ

 

Un homme engage un détective privé pour découvrir que sa femme le trompe avec un petit caïd de sa région. Dans lʼhôtel perdu au milieu de nulle part où ils avaient lʼhabitude de se rendre, lʼhomme fait irruption et tue les deux amants.

 

CE QUE L’HOMME S’IMAGINE VIVRE

 

L’homme dont la femme a été enlevée est forcé, s’il veut la retrouver vivante, d’effectuer un cambriolage pour le compte des mystérieux ravisseurs. Il doit dérober une boîte et la livrer avant le lendemain matin dans l’hôtel perdu au milieu de nulle part.

 

DES SCÈNES PRODUITES PAR SES ÉMOTIONS

 

Le récit auquel assiste le spectateur est émaillé d’apparition de situations ou de personnages qui reflètent les émotions ou l’état d’esprit de l’homme. Il va par exemple se retrouver confronté à une étrange bête noire qui, en apparence, va le pourchasser. En réalité, elle n’est que l’expression de sa culpabilité qui veut l’empêcher de retourner sur les lieux de son crime.

 

LES SOUVENIRS DE SA VIE AVANT LE DRAME

Le passé de l’homme va aussi se mêler à l’histoire. Surtout deux éléments :

  • Les relations distendues qu’il avait avec sa femme qui le rejetait chaque jour un peu plus.
  • Son travail de grouillot au milieu d’un open-space dans lequel il était constamment rabaissé, voire humilié par ses collègues et son patron.

Film d’animation en VR