Le Pôle Média Grand Paris a organisé le 1er juillet 2013, en partenariat avec Havas et Transmedia Immersive University et Havas, une Masterclass consacrée au storytelling transmedia.

 

Cette Masterclass a marqué la clôture du cycle d’événements autour du multi écrans destiné à aider les professionnels à aborder de nouveaux marchés nés du déploiement des technologies numériques, de la convergence des médias et de la juxtaposition des usages. Initié en avril lors de la session inaugurale « Multi écrans : dire, produire, interagir » et poursuivi par l’accompagnement des huit projets lauréats du lab-O dans leur développement innovant, le cycle a donné lieu à cinq workshops thématiques

Les huit projets sélectionnés pour le lab-O, laboratoire d’innovation ouverte, ont été présentés par les porteurs de projets lors de la masterclass (à l’exception de  l’un d’eux dont le porteur a malheureusement du renoncer à la présentation)

À la croisée de toutes les formes d’expression culturelle, recourant aussi bien à l’univers de la fiction linéaire traditionnelle, à l’univers du jeu (jeux de rôle, jeux vidéos, etc…), au web, aux médias sociaux ou encore au spectacle vivant, le transmedia permet au spectateur de vivre une expérience hors du commun. Au cœur de toutes les problématiques actuelles de création, le storytelling représente une nouvelle manière de raconter des histoires.

 

Après une introduction par Lydie Fenech (Pôle Media Grand Paris) et Jérémy Pouilloux (TIU), Sébastien Deurdilleux (Upside Télévision) a souhaité la bienvenue aux participants en soulignant l’intérêt du groupe Havas pour les écritures innovantes.

 

Erin B. Reilly, Creative Director à l’Annenberg Innovation Lab (Université de Californie) a exposé ensuite ses réflexions à propos de l’évolution du storytelling transmedia.

Pour Erin B. Reilly , le storytelling transmedia a jusqu’ici prouvé sa pertinence en tant que vecteur de développement de l’ « entertainment » dans une logique de franchises. Le plus souvent, la construction d’un univers et de sa narration était le fait d’un dictateur bienveillant : le « créateur ». Mais, dans une vision alternative du storytelling, les rôles sont inversés : le public a désormais son mot à dire et maîtrise de plus en plus de moyens d’expression et de participation.

Pendant cette masterclass, Erin B. Reilly a amené le public à envisager le storytelling transmedia autrement que comme une simple extension de l’entertainment. Elle a étendu -sa conception du storytelling à d’autres sphères susceptibles de susciter l’engagement du spectateur : la marque, la performance, le rituel, le jeu, l’activisme et l’éducation.

Erin B. Reilly a proposé des exemples de récits issus de la vie quotidienne qui sont autant de moyens de construire un univers narratif dans le monde réel et d’encourager les créateurs et les publics à co-designer et co-créer, générant des histoires dans de nouveaux territoires.

le blog d’Erin B. Reilly

La Masterclass